fbpx

Avec 15 000 emplois à pourvoir dans l’industrie drômardéchoise d’ici à 2025, les entreprises du territoire pourront compter sur un tout nouveau centre de formation aux métiers industriels dès septembre 2020. Une nécessité pour Philippe Remenieras, dirigeant de Vercors.

Les industries du territoire Drôme-Ardèche, qui emploient près de 60 000 personnes, l’appelaient de leurs voeux depuis longtemps. Elles ont été entendues et disposeront, dès septembre 2020, d’un outil de formation à la hauteur de leurs besoins avec le Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie Drôme-Ardèche, créé sous l’impulsion de la Maison de l’Industrie et des collectivités locales.

Pour Philippe Remenieras, dirigeant de Vercors, il s’agit là d’un manque enfin comblé.

Le CFAI en bref…

Situé sur le Plateau de Lautagne, le nouveau Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie Drôme-Ardèche occupera un bâtiment de 4500 m² sur un terrain de plus d’un hectare. Les ateliers, d’une superficie de plus de 1500 m² pourront accueillir 350 personnes, du CAP au BTS.

Pensé comme une « entreprise virtuelle », le centre de formation disposera des mêmes outils de production qu’un site industriel moderne, réalité augmentée et virtuelle comprises.  Maintenance industrielle, usinage, électrotechnique, informatique, chaudronnerie, soudage sont autant de formations qui seront dispensées au CFCAI. Quant à Philippe Remenieras, il annonce « travailler dur pour obtenir une formation métiers de la plasturgie » au sein de la structure. Retrouvez son interview sur le RSD3 en cliquant ici.




De la même manière que vous regardez s’il y a un club de danse ou de judo près de l’endroit où vous vous installez, les entreprises regardent s’il y a un CFAI près de leur lieu d’implantation, qui pourra répondre à leurs besoins…

Etienne Blaise

président de l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie Drôme-Ardèche, au micro de France Bleu en avril 2019

« Aujourd’hui, la principale difficulté pour nous, c’est le recrutement et trouver les personnes compétentes pour faire face aux commandes que l’on a. Nous avons des taux de progression de 10 à 15% par an depuis plusieurs années et aujourd’hui on n’a pas les ressources pour faire face. Les investissements ont été faits, les usines sont opérationnelles et on ne trouve pas les gens à mettre devant les machines pour répondre aux commandes » explique le chef d’entreprise, dont la société emploie 32 personnes pour un chiffre d’affaires de plus de 4 millions d’euros.

Jusque là, les personnes qui souhaitaient se former aux métiers de l’industrie n’avaient d’autre solution que de se déplacer parfois très loin et les entreprises locales étaient obligées de s’adapter.  » Les bassins de formation dans les métiers de la plasturgie les plus proches sont à Lyon, ce qui fait trop loin pour un jeune qui se forme et qui viendrait travailler chez nous, détaille Philippe Remenieras. Du coup, on embauche des menuisiers ou des ouvriers agricoles pour essayer de leur apprendre notre métier et c’est très compliqué. Alors parfois la greffe prend et ça marche plutôt bien pour les gens qui ont envie de vivre une aventure industrielle et d’autres de la transmettre. Et parfois ça marche moins bien…« 

Avec le nouveau CFCAI Drôme-Ardèche, il sera bientôt possible pour ces mêmes profils de se former durablement dans les métiers de l’industrie, près de chez eux et du bassin d’emploi. Une petite révolution.